Des ebooks suisses?  Gratuits? Les Bourlapapey ont le plaisir de présenter les livres numériques de la Bibliothèque numérique romande. Nous pouvons vous proposer aujourd’hui, en février 2016, 407 ebooks Notre domaine : la littérature suisse romande (d’expression française), et, sans esprit régionaliste, les régions voisines, France, Suisse, ou ailleurs. Nos livres vous sont proposés en téléchargement libre mais pour un usage non commercial (Ils peuvent évoluer: merci de nous signaler les erreurs que vous remarquerez).
Vous trouverez sous « liens » d’autres sites d’ebooks gratuits, partenaires, amis, et à www.noslivres.net un catalogue de  10’718 livres du domaine public. Vous pouvez participer à la fabrication de nos ebooks, votre aide est la bienvenue ! Bénévoles, soutenant la culture d’accès libre et gratuit, nous avons aussi et malgré tout besoin de vos dons, même modestes, que ce soit par virement bancaire ou par PayPal et cartes de crédit (ci contre en haut à droite). (Pourquoi ? En savoir plus…)

Trouver nos ebooks : À la page nos ebooks par nom d’auteur, OU par ordre chronologique en descendant dans cette page, OU par collections (Qu’est-ce qu’une collection ?) et avec notre « Nuage des auteurs » : menus ci-contre.

 PUBLICATIONS RÉCENTES : 

Valéry Paul - Le Cycle de Monsieur Teste - Bibliothèque numérique romande - Nature morte aux poires conférence Jean-Claude Stehli Scott Walter - Le Monastère - Bibliothèque numérique romande - Ji-Elle Abbaye de Lessay Epuy Michel - La Maison du Chat qui revient - Bibliothèque numérique romande - Francis Chaurel Indra Voltaire - Le Taureau blanc et autres Contes - Bibliothèque numérique romande - Statuette en bronze du dieu Apis

Paul Valéry – Le Cycle de Monsieur Teste
Walter Scott – Le Monastère

Michel Epuy – La Maison du Chat qui revient
Voltaire – Le Taureau blanc et autres Contes

Leblanc Maurice - La Forêt des Aventures - Bibliothèque numérique romande - Ancha Sentier forestier Eberhardt Isabelle - Rakhil - Bibliothèque numérique romande - carte postale Alger, Vieille rue de la Kasbah, Collection Régence, E.L. édit. Giraudoux Jean - Juliette au pays des hommes - Bibliothèque numérique romande - photo Greteck Paysage observé dans la région de Ségala Dumas Alexandre - Histoire de mes bêtes - Bibliothèque numérique romande - photo Michel B. Gizmo
Maurice Leblanc et André Maricourt – La Forêt des Aventures
Isabelle Eberhardt – Rakhil
Jean Giraudoux – Juliette au pays des hommes
Édouard Rod – L’Autopsie du Docteur Z***

Alexandre Dumas – Histoire des mes bêtes
Paul Valéry – Poésie et mélange

Jarry Alfred - Ubu Cocu - Bibliothèque numérique romande - illustration Alfred Jarry Rousseau juge de Jean-Jacques - J.-J. Rousseau -Bibliothèque numérique romande - Allan Ramsay Rousseau en costume arménien Montjoye Rousseau écrivant une partition Maquette Laura Barr-Wells Vol de Nuit - Antoine de Saint-Exupéry - Bibliothèque numérique romande - tableau Vincent Van Gogh Contes - Charles Perrault - Bibliothèque numérique romande

Alfred Jarry – Ubu Cocu
Voltaire – Zadig et autres Contes

Charles Tritten – Heidi et ses enfants
Edgar Wallace – Big-Foot

Emmanuel Develey – Les Égyptiens sur les Bords du Lac Léman
Josette Clotis – Le Temps vert

T. Combe – Village de Dames
Oscar Huguenin – Madame l’ancienne
Jean-Jacques Rousseau – Rousseau juge de Jean-Jacques

Voltaire – Traité sur la Tolérance

Théophile Gautier – …En Suisse

Eugène Rambert – Les Alpes suisses (1ère série)  (2ème série)
Joris-Karl Huysmans – La Retraite de Monsieur Bougran
Antoine de Saint-Exupéry – Vol de nuit

Louise Dormienne – Les Caprices du sexe

R.-L. Stevenson, Fanny Van de Grift-Stevenson – Le Dynamiteur

Pierre Choderlos de Laclos – Les Liaisons dangereuses

Charles Perrault – Contes (édition illustrée)

À PARAÎTRE PROCHAINEMENT :

Christophe - Les Facéties du Sapeur Camember tome 1 - Bibliothèque numérique romande - Christophe Combe T - Jeine Angleterre - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary Parc londonnien au printemps Monnier Philippe - Causeries genevoises - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary Le Jet d'eau vu de la Cathédrale de Genève Wallace Edgar - Le Capitaine des Âmes - Bibliothèque numérique romande - Sylvie Savary La Tour de Londres
Alexis Bouvier – La Grande Iza (tome 2) – « Coups de cœur »
Alice de Chambrier – Au delà – « Ici et à côté »
Christophe – Les Facéties du Sapeur Camember – « Coups de cœur »
T. Combe – Jeune Angleterre – « Ici et à côté »
Robert Desnos – La Liberté ou l’Amour ! – « Coups de cœur »
Goethe – Les Années d’Apprentissage de Wilhelm Meister (livres 5 à 8) – « Coups de cœur »
Imagerie d’Épinal – Aventures, contes et  légendes – « Coups de cœur »
Louis Favre – À vingt ans – « Ici et à côté »
Jérémias Gotthelf – L’Âme et l’Argent (1 et 2) – Suisse
Émile Javelle – Souvenirs d’un alpiniste – « Ici et à côté »
Eugène Rambert – Les Alpes suisses (séries 3 à 5) (éd. illustrées) – « Ici et à côté »
George Sand – Un Hiver à Majorque (éd. illustrée) – « Coups de cœur »
Walter Scott – L’Abbé – « Coups de cœur »
Stevenson R.-L. – Le Naufrageur – « Coups de cœur »
Rodolphe Töpffer – Monsieur Vieuxbois – « Ici et à côté »
Paul Valéry – Le Cantique du Narcisse – « D’Oc et de Rhône »
Edgar Wallace – Le Capitaine des âmes – « Coup de cœur »

Valéry Paul - Le Cycle de Monsieur Teste - Bibliothèque numérique romande - Nature morte aux poires conférence Jean-Claude StehliValéry Paul – Le Cycle de Monsieur Teste : « M. Teste avait peut-être quarante ans. Sa parole était extraordinairement rapide, et sa voix sourde. Tout s’effaçait en lui, les yeux, les mains. Il avait pourtant les épaules militaires, et le pas d’une régularité qui étonnait. Quand il parlait, il ne levait jamais un bras, ni un doigt : il avait « tué la marionnette ». Il ne souriait pas, ne disait ni bonjour ni bonsoir ; il semblait ne pas entendre le « comment allez-vous ? ». Et, expliquait-il, « il y a vingt ans que je n’ai plus de livres. J’ai brûlé mes papiers aussi. Je rature le vif… Je retiens ce que je veux. Mais le difficile n’est pas là. « Il est de retenir ce dont je voudrais demain »… J’ai cherché un crible machinal… »

Ce personnage singulier – Valéry avoue qu’il ne « tiendrait » dans quinze minutes dans la vraie vie – pour lequel un intellect brillant mais sans désir, sans action, a pris le pas sur l’homme traduit sans doute l’aspiration de son auteur au primat de l’intelligence devenue, au 20e siècle, estime-t-il, la nouvelle puissance créatrice. La soirée avec Monsieur Teste – tout comme L’Introduction à la méthode de Léonard de Vinci – est composée quatre ans après l’épisode de la nuit de Gêne. Paul Valéry écrira : « Après tout – JE suis un système terriblement simple, trouvé ou formé en 1892 – par irritation insupportable, qui a excité un moi N° 2 à détacher de soi un moi premier – comme une meule trop centrifugée ou une masse nébuleuse en rotation » (Cahiers, 1932). Renonçant, jusqu’à l’écriture de La Jeune Parque, à la création poétique dont il ressent les limites, il recherche alors les lois mathématiques qui gouvernent le Moi intérieur, connaissance qui, pense-t-il, ne peut être atteinte que par un renoncement, une dissociation, seule garante de lucidité et de maîtrise de soi.

Monsieur Teste, tête et testis (témoin), qui a compris ces lois, observateur du monde et de lui-même, est donc, pour une part, une incarnation de Paul Valéry, bien que celui-ci s’en défende. Il accompagnera la vie du poète qui écrira tout au cours de sa vie les divers fragments ou nouvelles que nous avons réunis dans ce volume. Œuvre ambiguë et composite, mettant en scène un monstre, qui a « fait de sa vie une œuvre d’art » à défaut d’en créer une, elle séduisit André Breton et les surréalistes ou André Gide.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Scott Walter - Le MonsatèreScott Walter – Le Monastère : Le temps de cette lecture, vous vivrez dans une petite communauté catholique du nord de l’Écosse au milieu du 16e siècle. Vous serez aux côtés de l’abbé Boniface, abbé de Sainte-Marie, du père Eustache, le sous-prieur et le véritable maître de l’abbaye mais aussi aux côtés de la famille Glendinning : Halbert et Édouard, vivent avec leur mère Elspeth, veuve de Simon Glendinning, à la tour de Glendearg. Lady Avenel, dont le mari vient d’être tué lors des troubles qui se sont déroulés avant le début du roman est venue se réfugier avec sa fille Marie chez les Glendinning. Vous rencontrerez aussi sir Piercie Shafton, un anglais prétentieux et affecté qui cherche un refuge pour avoir trempé dans un complot contre la reine Élisabeth et qu’on assigne à résidence à Glendearg et encore la mystérieuse Dame blanche, qui ponctue le récit de ses apparitions, conférant ainsi à celui-ci une plaisante coloration fantastique… et beaucoup d’autres encore…

Le Monastère, à n’en pas douter, est bel et bien un roman historique, mais l’histoire en elle-même ne constitue que la trame de fond de l’intrigue romanesque. Car l’ambition de Walter Scott n’est pas de relater les événements qui se succédèrent dans ce qu’on appelait les Borders, région frontalière entre l’Angleterre au sud et l’Écosse au nord. Même si les querelles politiques et religieuses sont présentes tout au long de son livre, l’auteur ne les met en scène que pour peindre l’évolution des mentalités de cette époque et de ces lieux, à travers un certain nombre de personnages, les uns fort attachants, et quelques autres plutôt déplaisants.

Le seul défaut du livre – s’il faut lui en trouver un – est sa longueur, qui risque de rebuter certains lecteurs d’aujourd’hui, mais aussi de plaire à tous ceux qui aiment savourer une histoire et qui le trouveront trop courte !

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Epuy MIchel - La Maison du Chat qui revient - Bibliothèque numérique romande - Indra Francis ChaurelEpuy Michel – La Maison du Chat qui revient : Hériter d’un vieil oncle ! Qui n’en a pas rêvé ? Henri, journaliste à Lyon, ne connaissait même pas l’oncle Barnabé… Le voici propriétaire d’une maison en Haute-Savoie avec vue sur le Lac Léman. Un héritage qui tombe à pic ! Il vient d’épouser Françoise et rêve d’écrire un roman. Sans hésiter, le couple quitte Lyon pour s’installer dans sa nouvelle « maison de campagne ».

Mais au lieu de la villa proprette qu’ils avaient imaginée, la « Maison-rouge », comme on l’appelle dans le pays, est une bâtisse biscornue et, pour tout dire, plutôt moche… On semble lui avoir ajouté des ailes et des annexes un peu au hasard et sans se préoccuper d’esthétique. À quoi donc pouvaient servir toutes ces pièces et tous ces lits à un vieil homme solitaire, veuf depuis des années ?

Hébétés par la nuit d’orage qui accompagne leur installation, Françoise et Henri sont loin de réaliser le piège dans lequel ils sont tombés. Et d’où vient ce chat noir énigmatique et sauvage ? Ce ne serait rien qu’il ait la griffe facile… mais Catherine, la vieille servante affirme qu’il est un fantôme, une réincarnation de l’oncle Barnabé. Ce chat qui revient saura-t-il protéger le jeune couple des difficultés qui vont naître et de l’avalanche qui s’apprête à leur tomber sur la tête ?

Une histoire bien menée, malgré quelques faiblesses de style, où le lecteur sera conduit de rebondissements en situations bloquées jusqu’à une fin en grand style et toute romantique.

Michel Epuy (de son vrai nom Louis Vaury 1876-1943) est un écrivain et traducteur suisse. Auteur d’une vingtaine de titres et de quelques trente-cinq autres en traduction, il fit œuvre de romancier, de conteur, d’écrivain pour la jeunesse et d’éditeur d’anthologies ou de volumes d’œuvres choisies, comme celles de Kipling.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Voltaire - Le Taureau blanc et autres Contes - Bibliothèque numérique romande - Statuette en bronze du dieu ApisVoltaire – Le Taureau blanc et autres Contes (Aventure de la mémoire, Le Taureau blanc, L’Histoire de Jenni ou le Sage et l’Athée, Lettres d’Amabed) : Bien que moins connus que Zadig, Candide ou Micromégas, les contes qui figurent dans ce recueil sont tout aussi caractéristiques de la manière de Voltaire ; mais ne nous y trompons pas : comme les autres, ils n’ont de contes que le nom ; comme les autres, ce sont de véritables brûlots que Voltaire lance contre ses adversaires de tout poil : Les sorbonnards, les jésuites et les jansénistes, notamment, dans l’Aventure de la mémoire, où la satire revêt par instants le costume du burlesque le plus échevelé. La religion, à laquelle il s’en prend dans le Taureau blanc, fantaisie orientale qui présente par ailleurs de nombreuses caractéristiques des contes de fée et dans laquelle, au moyen d’une parodie de différents épisodes bibliques, il assimile implicitement le livre sacré des chrétiens aux recueils de récits fabuleux de l’antiquité païenne. L’athéisme et le matérialisme dans l’Histoire de Jenni, qu’il pourfend afin de défendre le déisme et célébrer l’éloge « d’un être souverainement intelligent et puissant », dans lequel on reconnaît bien sûr son « grand horloger ». La religion encore, mais aussi le colonialisme et le despotisme, dans les Lettres d’Amabed, où, à partir d’une trame pseudo-orientaliste fort mince, il lance toute une série de pamphlets destinés à écraser « l’infâme » une fois de plus, en même temps que ceux qui se servent d’elle pour mener à bien leurs entreprises expansionnistes.

Dans ces contes, même s’ils mettent en scène un orient plus ou moins crédible, Voltaire s’adresse donc essentiellement à ses compatriotes et dénonce des problématiques occidentales avec, çà et là, d’ailleurs, la manifestation des préjugés de son époque vis-à-vis des noirs ou d’autres peuples. L’humour et la dérision restent les armes favorites de Voltaire : « La fantaisie du conteur s’exerce sur des réminiscences bibliques en produisant de constants décalages […] Quand le conteur brode sur le canevas d’un imaginaire ancien des aventures cocasses, quand il tient avec impassibilité un discours incongru, en mimant le plus grand naturel malgré la présence d’incompatibilités arbitraires et de décrochages, il crée, par l’alliance de la virtuosité et de la feinte naïveté […] un univers étrange, d’une poésie surréelle. » (Marie-Hélène Cotoni, Intertextualité et humour dans le Taureau blanc de Voltaire, Cahier de Narratologie, 13/2006)

Téléchargement : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Leblanc Maurice - La Forêt des Aventures - Bibliothèque numérique romande - photo Anne Van de Perre Sentier forestierLeblanc Maurice – La Forêt des Aventures ou Peau d’âne et Don Quichotte (avec André de Maricourt) :

Le petit Pierre, un jeune parisien rêveur, pétri de contes, plein d’imagination et de courage, se retrouve à la campagne avec sa maman, de santé délicate. Il y fait la connaissance de Violette, une petite fille malicieuse et réaliste. Les deux enfants partent à l’aventure dans la forêt voisine, une forêt mystérieuse… Ils vont rencontrer des nains terrifiants, Cendrillon, Grand-mère et le loup, Ali Baba, Barbe-Bleue, et même le Prince charmant.

Maurice Leblanc, qu’on connaît plus comme auteur d’Arsène Lupin que comme conteur (bien qu’il ait écrit des contes dans le journal Gil Blas) s’amuse beaucoup à jouer avec les contes de Perrault et mêle sans cesse le réel et l’irréel. Ainsi Pierre et Violette, à chaque fois qu’ils sont en pleine féérie, sont doucement ramenés à la réalité.

La Forêt des Aventures est un récit initiatique qui raconte comment l’on passe de l’enfance à l’adolescence et comment les tendres chimères de l’enfance laissent peu à peu la place à la réalité de la vie, toute aussi troublante et enchanteresse. Cette histoire touche l’enfant resté en chacun de nous … Tous les ingrédients du conte y sont présents : amour, peur, mort, parcours initiatique dans la forêt profonde, et même la morale de la fin de l’histoire : la réalité devient fantasmagorique si on la regarde avec des yeux d’enfant et la nature peut être féérique en elle-même. On apprend ce qu’est la vie, on grandit en se confrontant à ses peurs et à ses rêves d’enfant.

Le texte, qui date de 1932, est magnifiquement écrit, les descriptions de la nature sont très précises et poétiques. Maurice Leblanc ne s’adresse pas tant aux enfants qu’aux adultes … qui ont été des enfants.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Eberhardt Isabelle - Rakhil - Bibliothèque numérique romande - Prise de vue: anonyme (carte postale E.L. édit. Alger); Eberhardt Isabelle – Rakhil : Annaba/Bône, Algérie, 1889. Dans le cimetière juif, une pierre tombale délaissée portant une inscription énigmatique : Rachel… Isabelle Eberhardt, une jeune femme tourmentée de vingt ans vient d’arriver en Algérie, avec sa mère, depuis Genève. Attirée par les lieux étranges elle découvre cette sépulture qui la fascine et l’angoisse à la fois… Imaginant le destin de cette femme avec laquelle elle se perçoit en affinité, en sororité, elle en construira le destin dans un roman qui restera lui-même souffrant, abandonné, repris tour à tour, et finalement inachevé….

Dès son arrivée, et contrairement à ses contemporains, Isabelle Eberhardt, vit parmi les indigènes et non pas en « coloniale ». Fortement influencée par sa mère d’origine luthérienne mais en même temps fascinée par le monde des prostituées, Isabelle Eberhardt part à la recherche du destin imaginaire et tragique de Rachel, prostituée juive à l’enfance malheureuse, « très belle et très aimée ». On a prédit à celle-ci, par deux fois, un grand amour et une mort violente. Pour son héroïne, Isabelle Eberhardt manifeste un sentiment ambivalent d’amour/haine, à la fois attirance pour Rachel, son histoire et son destin d’autre moi fantasmé, et, en même temps rejet, d’une plume plutôt acerbe, manifesté dans une description peu bienveillante du monde juif dans lequel vit son héroïne, description où se retrouve tout ce que son milieu, son éducation, ses lectures empreintes d’orientalisme à la Loti et son attirance pour le monde musulman a pu conjuguer de préjugés. À la recherche d’un idéal lui permettant d’échapper à sa condition misérable, Rachel tombe amoureuse de Mahmoud, jeune musulman, élevé en Europe et de retour au pays pour lequel il ne se sent ni attaches ni convictions religieuses, qui défie les mœurs et coutumes islamiques qui régissent la société musulmane dans laquelle on le contraint de se fondre. Mais avec ce beau jeune homme qui s’ennuie et qui a séduit plusieurs jeunes femmes pour passer le temps, la prédiction va malheureusement se concrétiser et finir dans le sang…

À Rakhil, roman de jeunesse mal aimé, on pourrait reprocher le manque de cohérence et quelques maladresses, alors que se mêle à l’intrigue un enthousiasme mal maîtrisé pour le monde musulman. Mais on sent poindre déjà dans cet écrit, plus sensuel et passionné que les autres, tous les thèmes qui vont faire l’intérêt de son œuvre : la condition de la femme, la religion musulmane, la vie dans le désert. Et le talent d’Isabelle Eberhardt excelle dans des descriptions de paysages et de lieux. Soulignons encore la clairvoyance, toute d’actualité, d’Isabelle Eberhardt vis-à-vis de la condition de la femme dans le monde arabe, son soutien à leur cause ainsi que son analyse éclairée et plutôt prémonitoire du conflit entre jeune et ancienne générations chez les hommes musulmans, entre modérés et extrémistes. Plus de cent ans après, cette dualité existe et n’est pas encore résolue… Rakhil est la septième œuvre de cette étrange nomade d’origine genevoise publiée par la BNR.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Giraudoux Jean - Juliette au pays des hommes - Bibliothèque numérique romande - photo Greteck Panorama du SégalaGiraudoux Jean – Juliette au pays des hommes : Juliette doit épouser Gérard. Elle se découvre soudain fiancée à un homme provincial, prosaïque : « Alors qu’elle-même se sentait ce soir de nature interstellaire, elle trouvait à la parole de Gérard un timbre terrestre qui le situait aussi impitoyablement sur cette planète qu’un accent bordelais vous situe à Bordeaux. Juliette eut le sentiment qu’elle allait épouser, qu’elle aimait, l’homme le plus provincial de l’infini, […] elle avait à délivrer, elle ne savait où, la vraie Juliette qui viendrait redonner du goût à cette nuit et à cette nature. Il y avait à délivrer Juliette de tous ceux qui la tenaient, sans le savoir d’ailleurs, emprisonnée. Ou plutôt il lui fallait rassembler pour la nuit de noces toutes ces Juliettes données par elle à des passants, à des inconnus, à des jeunes gens dont quelquefois elle avait entendu seulement le nom, parties d’elle à ces heures de demi-clarté ou de demi-désir propices aux matérialisations. »
Elle part donc revisiter ces hommes survivants des rêves de son adolescence. Elle va trouver en eux des symboles, archétype de péché capital ou coquilles vides, du vaniteux à l’écrivain raté, du savant maniaque au violeur : « Vérificatrice de l’irréel, de l’inimaginable, du non-révolu, Juliette s’étonnait de retrouver les êtres qu’un de ses désirs d’enfant avait attirés un quart d’heure à l’existence emportés désormais par l’âge, soumis au contrôle des concierges, et marqués, pour qu’elle n’eût pas de doute sur leur qualité humaine, d’une dent d’or ou d’un coryza. » Seul, le narrateur-écrivain assure, le temps de lire à Juliette sa « Prière sur la Tour Eiffel », un rapport plus équilibré entre pulsions et raison.
Ce voyage initiatique « à la Jérôme Bardini » mais au féminin ne manque pas d’humour ni de digressions « à la Giraudoux ». Cette Juliette – dont le nom rappelle celle d’un certain marquis – fera, entre imaginaire et réalité, un apprentissage que vous lirez avec délices.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Rod Édouard - L'Autopsie du Docteur Z*** - Bibliothèque numérique romande - photo coupe de quartz Sylvie SavaryRod Édouard – L’Autopsie du Docteur Z***, Roulier Albert – La grande Découverte du savant Isobard : nous vous vous invitons à découvrir deux autres nouvelles de science-fiction suisse :

Et si…

Et si une activité cérébrale rémanente persistait après la mort ? Et si les morts pouvaient encore penser quelques jours après leur décès ? Voire percevoir ce qui les entoure ? Et si un savant arrivait à enregistrer le contenu de cette activité ? Que diriez-vous de lire le compte-rendu d’un enterrement par le mort lui-même ? Monsieur van Gelt s’est suicidé mais sa famille a tenté de le cacher. Il était fort estimé et les rumeurs persistantes sur les circonstances de son décès ont forcé celle-ci à demander une enquête…

Les prévisions météorologiques, l’émission la plus regardée à la télévision, nous dit l’audimat… Les prévisions se font maintenant à dix jours mais leur fiabilité… Et si un météorologue modélisait un système permettant une certitude absolue à trente jours ? Et si, après une période de scepticisme, les gens commençaient à compter sur ces certitudes. Et si ils modelaient leurs projets en fonction du temps ? Et si il y avait un seul week-end de beau temps en juillet ? Quelle cohue… et, pire ! si il survenait finalement un imprévu ? Malheur aux prophètes !

Ces deux nouvelles de science-fiction nous permettent de savourer, en hors d’œuvre, une réflexion spéculative bien en avance sur son temps.

Édouard Rod, né en 1857 à Ropraz, est un écrivain vaudois établi à Paris, ami de Zola, de Maupassant, de Barrès. Critique réputé, Édouard Rod écrit d’abord des romans « naturalistes » à la manière d’Émile Zola puis se dégageant de cette influence, il s’attache à présenter des cas de conscience, des dilemmes moraux. Il est décédé à Grasse en 1910. Un prix Édouard Rod a été fondé en 1996 sous l’impulsion de Jacques Chessex, lui aussi de Ropraz, en Suisse. D’Albert Roulier, pas d’éléments biographiques. Il fut l’auteur de nouvelles, de poésie et de pièces de théâtre mettant en scène la paysannerie vaudoise.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Dumas Alexandre - Histoire de mes bêtes - Bibliothèque numérique romande - Photo Michel B. GizmoDumas Alexandre – Histoire de mes bêtes :

« J’avais, ou plutôt, j’eus successivement cinq chiens : Pritchard, Phanor, Turc, Caro et Tambo.
J’avais un vautour : Diogène.
J’avais trois singes…
J’avais un grand perroquet bleu et rouge appelé Buvat.
J’avais un perroquet vert et jaune appelé papa Everard.
J’avais un chat appelé Mysouff.
Un faisan doré appelé Lucullus.
Enfin, un coq appelé César,
Un coq de combat nommé Malbrouck.
Deux mouettes nommées monsieur et madame Denis.
Un héron nommé Charles-Quint.
Une chienne nommée Flore.
Un chien nommé autrefois Catinat et subséquemment Catilina.
Je déteste les bêtes, mais j’adore les animaux »,
écrit Alexandre Dumas… Et ces diverses histoires de ses bêtes lui sont l’occasion de parler de tout et de rien, sautant, osons-le, du coq à l’âne. Et d’abord de Pritchard un pointer écossais, le vrai héros de ce récit, qui a quelques tendances au vol et dont nous connaîtrons, à la fin, la clé de l’énigme et le destin. Mais Alexandre Dumas digresse : il évoque sa candidature de député, les révolutions de 1830 et de 1848, des recettes – de cuisine ou de fabrication d’un livre – et une foule de petites histoires de la vie quotidienne qu’il nous narre avec humour et ironie.

Ne vous attendez pas à un roman : c’est la vie de ses animaux, c’est sa vie au jour le jour que nous raconte Dumas. Nous entrons dans son cercle intime, et apprenons tout sur les visites dominicales de son fils, sur son domestique « nègre » qui rêve d’un autre destin, sur Michel, son serviteur et mentor en matière de mœurs animales. Un livre à déguster par petits morceaux, à abandonner et reprendre, des récits amusants, rocambolesques, ironiques ou tristes, tout l’art du conteur Alexandre Dumas.

Téléchargements : ePub – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Valéry Paul - Poésie et Mélanges - Bibliothèque numérique romande photo Laura Barr-Wells Vers le Grand Salan depuis le Canal du MidiValéry Paul – Poésie et Mélange (Album de vers anciens, La jeune Parque, Charmes, Pièces diverses, Mélange, Poésie brute, Propos sur la poésie) : Poésie pure ou poésie brute, ce volume vous propose de découvrir toute la palette de l’art poétique de Paul Valéry. Vers ciselés, vers libres ou prose, laissez-vous emporter par la musique de la langue et rêver dans le cimetière marin de Sète, compatir aux plaintes de la Pythie comme à celles de la jeune Parque, vous étonner des circonvolutions affectives d’un Narcisse amoureux de son reflet ou, simplement, partager le plaisir d’un bain de soleil après l’eau ou rire de l’amertume de la vie. Le sens du texte comptera alors moins que les réminiscences et les émotions car vous serez bercé par le rythme de ces superbes poésies.

Paul Valéry (Sète, 1871 – Paris, 1945) étudie à Montpellier où la lecture d’À Rebours de J.-K. Huysmans l’introduit à Verlaine et Mallarmé. Il se met à écrire des poèmes, rencontre et échange une correspondance régulière avec Pierre Louÿs, Mallarmé, Gide, Heredia, Debussy. Après une crise affective, en 1892 (la nuit de Gênes), il renonce à la poésie, s’établit à Paris et s’oriente vers une carrière administrative fructueuse. Il écrit cependant des essais comme l’Introduction à la méthode de Léonard de Vinci ou des œuvres d’imagination telle La soirée avec M. Teste. Poussé par André Gide et Gaston Gallimard, il revient à la poésie avec La jeune Parque (écrit entre 1913 et 1917), puis réédite, en 1920, des poèmes parus entre 1890 et 1893 sous le nom d’Album de vers anciens et enfin, en 1922, réunit ses poèmes les plus récents dans Charmes. Ces publications rencontrent un énorme succès. Devenu presque poète officiel, Paul Valéry n’écrira plus que des œuvres de circonstances, des préfaces, des conférences… Académicien, professeur au Collège de France, il reçut, à sa mort, des funérailles nationales et fut inhumé, selon ses vœux, au Cimetière marin de Sète.

Téléchargements : ePUB – PDF – PDF A5 – Kindle-Mobipocket – HTML – DOC-ODT

Soutenir la BNR


Nuage des auteurs

Agoult Marie d' Alcott Luisa May Allais Alphonse Andersen Hans Christian Anet Claude Avril Jane Baudelaire Charles Bernhardt Sarah Biedermann Adolphe éd. Bonaparte-Wyse (de Solms) Marie Booksprint Bourlapapey Bouvier Alexis Burnett Frances Hodgdon Burnett Frances Hodgson Byron George Gordon Castella Célestin Chambrier Alice de Charrière Isabelle de Chavannes Édouard Cherbuliez Victor Choderlos de Laclos Pierre Clar Fanny Clotis Josette Combe T. Constant Benjamin Courthion Louis Cérésole Alfred Danuser J-L et M-C Daudet Alphonse Develey Emmanuel Didier Charles Dieulafoy Jane Doret Gustave Dormienne Louise Droz Frédéric Dumas Alexandre Dumur Louis Dunant Henri Eberhardt Isabelle ebooks gratuits Epuy Michel Erckmann-Chatrian Favre Louis Fazy James Fernay Jacques Flaubert Gustave France Anatole Gaskell Elizabeth Cleghorn Gauguin Paul Gautier Théophile Gay de Girardin Delphine George Raymond Gex Amélie Giraudoux Jean Gladès André Goethe Johann Wolfgang von Gotthelf Jeremias Grift-Stevenson Fanny Van de Hodler Ferdinand Huguenin Christine Huguenin Oscar Huysmans Joris-Karl Hémon Louis Jarry Alfred Labiche Eugène La Fontaine Jean Lagerlöf Selma Leblanc Maurice Leroux Gaston Levallois-Perret Mathilde Manoury Comtesse de Margollé Élie Maricourt André de Michel Louise Mistral Frédéric Monnet Louis Monnier Philippe Montolieu Isabelle de Morsier Émilie de Muralt Béat Louis de Mussard Jeanne Noailles Anna de Nodier Charles Olivier-Ruchet Caroline Olivier Juste Pergaud Louis Perrault Charles Pestalozzi Johann Heinrich Platter Thomas Pourtalès Guy de Proust Marcel Pujol René Radcliffe Ann Rambert Eugène Reber J.-F. Renard Jules Renfer Werner Reybaud Fanny Reymond Lucien Rod Édouard Roorda Henri Roulier Albert Rousseau Jean-Jacques Saint-Exupéry Antoine de Sand George Saussure Léopold de Scott Walter Scribe Eugène Segalen Victor Soulié Frédéric Spitteler Carl Spyri Johanna Staël Germaine de Stevenson Robert Louis Sue Eugène Sévery Clara et William Tissot Victor Tristan Flora Tritten Charles Trollliet Marie (Mario***) Töpffer Rodolphe Vallotton Félix Valéry Paul Verne Jules Voltaire Vuille Nancy-Marie Wallace Edgar Wey Francis Wyss Johann David Zurcher Frédéric Épinal Imagerie